Article Post on 10 February 2017

La Blockchain : à l’aube d’une nouvelle révolution numérique

Qu’est-ce que la “chaine de blocs” ou Blockchain ?

La Blockchain peut se définir comme une technologie de transmission d’informations et de stockage qui fonctionne sans organe central de contrôle tout en étant à la fois sécurisée et transparente. Il s’agit d’une base de données, partagée par plusieurs utilisateurs, contenant un relevé de l’ensemble des transactions réalisées entre eux. Le fait que cette base de données ne nécessite pas l’intervention d’intermédiaires et soit dès lors accessible directement par les utilisateurs permet à ces derniers d’être assurés de l’exactitude des informations qui y sont contenues, toute destruction ou falsification des données s’y trouvant étant prohibée.

Il s’agit là - nous en convenons - d’une définition très théorique qui ne permet pas aux néophytes de mesurer l’impact de cette nouvelle technologique qui risque bien de changer à jamais notre relation avec le monde numérique. Nous ferons donc ici une analogie qui permettra à chacun de mieux comprendre le principe fondamental qui se trouve derrière la Blockchain.

Imaginez-vous marcher tranquillement dans une rue bondée lorsque, soudain, surgit une soucoupe volante qui atterrit et puis s’envole aussitôt sous les yeux ébahis d’un millier de personnes. Quelques instants plus tard, les témoins de cette scène surprenante sont soumis au polygraphe et relatent les évènements qui viennent de se produire. Tous, sans exception, racontent la même histoire en livrant des détails identiques. Partant de ce postulat, serait-il permis de douter qu’une soucoupe volante s’est réellement posée dans ladite rue ?

Imaginez maintenant un fichier qui serait dupliqué dans des milliers d’ordinateurs avec l’assurance qu’aucun utilisateur ne pourra isolément en altérer le contenu mais qui cependant permettra de répercuter une modification ou un ajout nécessaire et légitime de manière synchronisée et ce, en une fraction de seconde, dans l’ensemble fichiers.

C’est le résultat inédit auquel parvient la technologie Blockchain, qui est en substance un registre synchronisable d’événements numériques qui peut être partagé par de multiples utilisateurs sans qu’il soit nécessaire qu’il y ait une relation de confiance entre eux. Il ne pourra être mis à jour que sur base d’un consensus entre la majorité des utilisateurs, et assurera qu’une information introduite ne puisse jamais être effacée, le registre permettant uniquement l’insertion de nouvelles écritures.

La Blockchain du Bitcoin par exemple contient un registre exact et vérifiable de toutes les transactions qui sont survenues depuis l’avènement de cette monnaie virtuelle. Ces transactions sont regroupées en « blocs » qui sont validés par les nœuds de la chaîne que l’on appelle « mineurs ». Ensuite, lorsque la validation est intervenue, le bloc vient s’ajouter à la chaine existante rendant ainsi la transaction visible par le récepteur et l’ensemble des utilisateurs. L’algorithme de consensus de la Blockchain oblige les mineurs à s’entendre sur l’historique des transactions réalisées sans qu’il y ait nécessité de recourir à un organe central de contrôle.

Dans l’analogie susmentionnée, les témoins qui acceptent d’expliquer ce qu’ils ont vu deviennent des mineurs, géographiquement et informatiquement isolés les uns des autres. Falsifier une entrée dans la Blockchain reviendrait à obtenir, dans notre exemple, que plus de la moitié des témoins soient d’accord de mentir sur les détails de l’atterrissage de la soucoupe volante et ce de la même manière, tous en même temps et sans avoir la possibilité de se concerter préalablement sur les détails du mensonge.

La Blockchain se révèle être une base de données extrêmement fiable qui pourrait présenter une utilité certaine dans de nombreux secteurs d’activité.

 

Des applications infinies

La technologie Blockchain a vocation à s’appliquer dans des domaines aussi divers et variés que la finance, le vote en ligne, la santé ou encore les transports pour ne citer qu’eux.

Le secteur financier voit dans la Blockchain un moyen d’optimiser les mécanismes de règlements interbancaires mais également une solution efficace pour réduire les coûts et les délais des transactions financières telles que l’achat d’actions en évitant le recours aux chambres de compensation, courtiers et autres organismes de clearing. En résumé, les transactions seraient plus fiables, plus rapides et moins onéreuses. Nombreuses sont d’ailleurs les institutions financières qui ont compris l’intérêt d’investir dans les projets Blockchain de start-ups innovantes.

Le potentiel énorme offert par la technologie Blockchain ne se limite cependant pas aux seuls systèmes de paiement. L'une des applications émergentes les plus importantes de la Blockchain est ce que l'on appelle communément les smart contracts ou contrats intelligents. Ce type de contrat permet d’obtenir la confirmation d’un réseau qu'un accord quel qu’il soit est intervenu sans divulguer d'informations confidentielles sur les parties et / ou sur la nature de ladite transaction.

On peut également penser aux implications en matière d’enregistrement des brevets et de protection de la propriété intellectuelle. Il sera en effet, à l’avenir, très facile pour une entreprise de prouver qu’elle a été la première à créer une technologie à une date précise sans qu’il soit nécessaire d’effectuer une demande formelle pour enregistrer le brevet.

Enfin, la Blockchain pourrait permettre d’organiser un système de vote électronique efficace et sans frais dans lequel les identités des votants seraient infalsifiables.

 

Répondre aux attentes

De nombreuses personnalités du secteur technologique et financier comparent la Blockchain à des révolutions aussi majeures que l’apparition de l’ordinateur personnel dans les années 70 et celle de l’internet dans les années 90.

Si cette technologie survit aux attentes immenses dont elle fait l’objet, elle pourrait à terme - en introduisant davantage de rapidité, de fiabilité et de sécurité dans les transactions et les échanges mondiaux - révolutionner la société actuelle.

Une pléthore de start-ups innovantes tente d’ailleurs de surfer sur cette vague en créant des applications multiples basées sur la technologie Blockchain.

Chacun doit cependant garder à l’esprit que la promesse faite par la Blockchain implique l’avènement d’un futur dans lequel personne n’aura de pouvoir absolu sur le réseau et ne pourra plus mentir au sujet d’évènements passés ou actuels.

Il convient enfin de souligner que la Blockchain, contrairement à d’autres FinTech liées aux paiements en ligne par exemple, n’est pas spécifiquement règlementée. Le caractère décentralisé et par essence transnational de cette technologique est en effet un obstacle à la mise en place d’un cadre règlementaire clair tant il est difficile de déterminer le droit qui lui est applicable. De cette absence de règlementation découle une autre problématique, celle de la détermination des responsabilités en cas de survenance d’un litige.

Une des pistes envisagées pour règlementer la Blockchain serait d’encadrer législativement les applications de cette dernière plutôt que la technologie en elle-même qui est encore appelée à évoluer.

Adopter un cadre règlementaire sera sans nul doute un exercice périlleux qui devra répondre à plusieurs objectifs : être suffisamment général et large pour ne pas devenir trop rapidement obsolète et protéger le consommateur tout en permettant le développement cette technologie.

 

Cet article a été précedemment publié dans Entreprises magazine – Numéro 81 – janvier/février 2017

Share this content